PARTICIPATION DU RAME AU 1er CONGRES MONDIAL SUR LE PALUDISME TENU DU 28 JUIN AU 06 JUILLET 2018 A MELBOURNE EN AUSTRALIE

Le paludisme est sans aucun doute l’un des principaux problèmes de santé au monde causant la mort et des maladies graves à des millions de personnes chaque année à une échelle qui enracine la pauvreté et le désavantage dans les grandes parties du monde. Malgré des progrès impressionnants au cours de la dernière décennie, le paludisme demeure une énorme menace mondiale et régionale.

Une lacune majeure dans le paysage de la riposte au paludisme est l’absence d’un forum où les représentants de l’ensemble du monde du paludisme peuvent se rencontrer. Pour combler cette lacune, un congrès mondial sur le paludisme a été organisé cette année à Melbourne en Australie, du 1er au 06 juillet 2018. Une pré-conférence de la Société Civile (SC) a eu lieu les 28 et 29 juin 2018 à Melbourne. L’objectif principal du Congrès mondial inaugural sur le paludisme est d’unifier et de dynamiser la communauté du paludisme autour d’un objectif commun, y compris un lien entre le paludisme et les objectifs globaux de santé et de développement humain de la couverture de santé universelle et des objectifs de développement durable afin d’apprendre les uns des autres, planifier la mise en œuvre de stratégies intersectorielles et galvaniser l’effort d’éradication du paludisme.

Le but de la réunion préalable de deux jours de la société civile était de :

  • Fournir une orientation aux partenaires de la SC pour faciliter leur participation maximale au Congrès ;
  • Faciliter l’établissement de partenariats entre les partenaires de la SC, les organisateurs du Congrès et les principales parties prenantes ;
  • Informer les partenaires du programme de lutte contre le paludisme sur les efforts déployés par le Fonds mondial dans le cadre du sixième programme de réaffectation et mobiliser l’engagement de ce dernier à se joindre aux efforts ; et
  • Développer une vision commune et une feuille de route pour la construction d’un mouvement mondial de la société civile contre le paludisme.

Dans le cadre de cette première rencontre mondiale sur le paludisme, deux plateformes ont été retenus pour représenter les plateformes du département Communauté Droits Humains et Genre, Initiative Stratégique (CRG-SI) du Fonds mondial au sein du Comité Société Civile du congrès mondial sur le paludisme ; il s’agit de la plateforme régionale Asie et Pacifique abritée par APCASO et la plateforme régionale Afrique francophone abritée par le RAME. L’une des tâches principales des plateformes était d’aider à faire avancer le travail de mobilisation de la Société Civile sur le congrès mondial contre le paludisme.

Le congrès a ouvert ces portes le 1er juillet 2018. Au cours de la cérémonie d’ouverture, le RAME a fait un discours, au nom de la société civile mondiale pour la lutte contre le paludisme.

Dans son discours, Mme Ida SAVADOGO, Chargée de projet de la Plateforme régionale Afrique francophone (PRF) du Fonds mondial au RAME, a tout d’abord informé l’assemblée de la création du réseau mondial de la Société Civile pour la lutte contre le paludisme, CS4ME (Global Civil Society for Malaria Elimination Network), créé au cours de la rencontre de la société civile, tenue en prélude au congrès. Elle a ensuite donné les raisons de la création de CS4ME qui répondent au besoin d’ouverture de la riposte au paludisme aux acteurs de la communauté et de la société civile. En effet, la communauté habilitée et la société civile sont des facteurs de changement dans les réponses aux maladies. Elle a enfin rappelé aux décideurs qu’ils doivent tenir leurs engagements et leurs responsabilités vis-à-vis de l’élimination du paludisme, car la SC cherchera à situer les responsabilités envers la réalisation de ces engagements.

Elle a appelé à une prise d’action par les congressistes qui se subdivise en 3 points :

  1. Au-delà des problèmes de santé ou de sécurité nationale, encadrer les réponses au paludisme dans le contexte de la justice sociale et des droits de l’homme : le seul moyen de parvenir à des ripostes efficaces et durables au paludisme. La SC appelle à une riposte au paludisme localisée efficacement dans les systèmes nationaux de Couverture de Santé Universelle qui engage et soutient de manière significative la participation de la communauté et de la société civile et qui ne laisse personne derrière, un système qui s’efforce de servir ceux qui ont toujours été les derniers d’abord ;
  2. Pour la lutte contre le paludisme et pour de meilleurs systèmes de santé, nous avons besoin que l’engagement politique soit soutenu par des engagements de financement et des contributions provenant des ressources nationales ainsi que des donateurs et du secteur privé. Nous avons besoin que les pays en développement démontrent une plus grande appropriation de la riposte au paludisme en augmentant le financement national de la maladie. Nous avons besoin que les pays donateurs soutiennent leur rhétorique sur la solidarité mondiale en respectant leurs engagements, en particulier pour la santé. La 6e reconstitution du Fonds mondial approche à grands pas, avec une conférence d’annonce des contributions en 2019. Le Fonds mondial est le principal bailleur de fonds multilatéral pour les ripostes au paludisme dans les pays mettant en œuvre la lutte contre le paludisme. Nous appelons à un Fonds mondial entièrement financé.
  3. Soutenir et tirer parti du pouvoir des communautés et de la société civile pour des réponses efficaces et durables au paludisme : pendant longtemps, le monde du paludisme a marginalisé les communautés et la société civile dans la prestation de services et les fonctions de bénévolat. Ceci doit changer si nous voulons avancer dans l’élimination du paludisme. Et cela ne peut être fait qu’en démocratisant les espaces de prise de décision et en soutenant la mobilisation de la société civile contre le paludisme, le plaidoyer et le renforcement des capacités.

 Ceux-ci sont les messages clés délivrés par la société Civile mondiale à la communauté internationale lors du 1er Congrès mondial sur le paludisme.

A l’issue du Congrès mondial sur le paludisme, les appels collectifs ont été repris dans la Déclaration d’action du 1er Congrès mondial sur le paludisme et dans la Déclaration du réseau mondial de la société civile pour l’élimination du paludisme (CS4ME). La déclaration de CS4ME, a lancé les appels suivants aux gouvernements exécutants, donateurs et aux autres responsables :

  1. Encadrer les ripostes au paludisme dans le contexte de la justice sociale et des droits de l’homme, et dans le cadre de systèmes de couverture sanitaire universels équitables ;
  2. Rendre les espaces de prise de décisions sur le paludisme plus inclusifs et soutenir la mobilisation de la société civile contre le paludisme ;
  3. Satisfaire pleinement les besoins de financement pour la riposte au paludisme et pour le renforcement des systèmes de santé et communautaires ;
  4. Nouer un partenariat avec la société civile et les acteurs communautaires pour des systèmes efficaces de surveillance et de réponse au paludisme.

[sg_popup id=1072]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *