RECRUTEMENT D’UN-E EXPERT-E INFORMATIQUE

 

 

Termes de Référence

 

« Projet Observatoire Communautaire des Pratiques Pharmaceutiques – OCoPP »

 Diagnostic technique

 « Diagnostic de la situation actuelle en termes d’outil d’alerte précoce sur des risques de rupture de stocks dans les associations à base communautaire et de plateforme citoyenne de partage d’informations sur les pratiques pharmaceutiques au Burkina Faso »

 Mai 2021

   Porteur du projet : 

 

 Partenaire au Burkina Faso :                  

   Financement : 

  1. Contexte

Cette consultance s’inscrit dans le cadre du projet OCoPP Observatoire Communautaire des Pratiques Pharmaceutiques ayant pour objet de contribuer à améliorer l’accès à des médicaments de qualité et à la transparence du secteur pharmaceutique dans la lutte contre le paludisme, le VIH/SIDA et la tuberculose.

Ce projet est mené en partenariat avec deux ONG ayant mis en place des observatoires communautaires situés dans les pays de réalisation du projet, à savoir le Réseau d’Accès aux Médicaments Essentiels (RAME) au Burkina Faso et Positive-Génération PG au Cameroun.

Grâce à l’amélioration de l’accès à l’information fiable sur la disponibilité des médicaments et en général sur les pratiques pharmaceutiques au dernier kilomètre, le projet OCoPP contribuera à l’amélioration de l’efficacité des circuits d’approvisionnement en médicaments essentiels au traitement des 3 maladies (VIH/SIDA, Tuberculose, Paludisme) dans les postes et centres de santé et les hôpitaux, puis de  la gouvernance globale du médicament via un système de collecte de données, d’alerte et de partage d’informations communautaires qui repose sur les observatoires TAW et OCASS en place dans 2 pays : Burkina Faso, Cameroun.

Au Burkina Faso, le RAME est très impliqué dans l’élaboration des politiques (ex : politique nationale pharmaceutique) et des cadres de coordination, notamment la commission nationale de coordination de la gestion des médicaments et autres intrants des maladies prioritaires. La prise en charge du VIH est appuyée par un réseau d’organisations communautaires disposant de centres médicaux assurant les consultations, le traitement antirétroviral et l’accompagnement psychosocial des PvVIH. Au niveau périphérique (centres médicaux et dispensaires) la dispensation des médicaments est assurée par des agents communautaires. Ces communautaires ont besoin d’appuis et d’outils pour appliquer rigoureusement les bonnes pratiques de gestion des stocks.

Le RAME, a mis en place L’Observatoire communautaire sur l’accès aux services de santé (OCASS) qui est un dispositif de veille citoyenne permettant de remonter de manière régulière les informations sur les goulots d’étranglement dans le système de santé. Son objectif est de contribuer à améliorer l’accès et la qualité des services par des plaidoyers circonstanciels auprès des responsables à tous les niveaux. L’observatoire communautaire est un donc un outil d’aide à la prise de décision.

Ce dispositif s’appuie sur les usagers des services de santé au niveau des formations sanitaires et dans ce cadre, les collecteurs sont principalement les agents communautaires exerçant dans les associations points focaux reparties dans les 13 régions sanitaires, notamment les animateurs et les conseillers psychosociaux. OCASS se met ainsi en œuvre principalement à travers un système de collecte quotidienne réalisée par les agents communautaires et par la collecte trimestrielle auprès des responsables des structures de prise en charge.

En fonction du sérieux et de l’urgence d’une situation donnée, des alertes instantanées sont lancées. Ces alertes font également appel à des mécanismes de remontée de l’information en dehors du circuit formel décrit plus haut. Il s’agit de la collecte à travers les lignes téléphoniques indexés aux numéros verts de AFAFSI et du RENLAC et les radios à travers les émissions interactives. Ces outils permettent de compléter les sources de collecte de l’information par l’implication du grand public et se caractérisent par leur accessibilité, leur portée nationale en plus d’être basées sur l’anonymat et la confidentialité.
De manière informelle, des informations peuvent être recueillies à travers la presse écrite, les médias en ligne et les réseaux sociaux.

Lorsque les communautés sont souvent négligées, marginalisées ou déconnectées des processus décisionnels, les OC leur fournissent un moyen de s’assurer que les systèmes de santé répondent à leurs besoins—et reconnaissent leurs droits.

Le manque d’informations fiables sur les stocks de médicaments au niveau périphérique est l’une des principales faiblesses apparaissant dans la quasi-totalité des analyses des systèmes d’approvisionnement. Ce manque de visibilité génère ruptures et péremption et empêche l’anticipation et la recherche de solutions. C’est à ce défi, que le projet OCoPP se propose de répondre à travers le renforcement du système d’information à la base, au niveau communautaire, afin de disposer d’informations fiables provenant des patients et renseignant sur la disponibilité du médicament et les pratiques pharmaceutiques. Le partage de ces informations avec les parties prenantes pourra susciter la volonté et l’engagement des décideurs à identifier et corriger de manière efficiente les sources de dysfonctionnement, et promouvoir l’amélioration de la performance de la distribution des médicaments. Le projet OCoPP, qui s’appuie sur les observatoires communautaires de suivi de l’accès aux soins, ambitionne de renseigner en temps réel des consommations au niveau communautaire et d’alerter sur les situations de rupture et/ou de péremption de stocks.

Dans un OC, un groupe organisé de membres de la communauté, peut collecter des données sur divers aspects des services de prévention, de dépistage, de prise en charge et de traitement. Cela peut inclure la fréquence et la durée des ruptures de stock de produits de santé, la disponibilité de médicaments de deuxième et troisième ligne pour le VIH, la disponibilité de formulations pédiatriques adaptées, la disponibilité de traitements de comorbidités (VHC, VHB, TB), le cout des traitements pour les infections opportunistes….

Les OC constituent un processus de surveillance systématique et continu. Les données sont collectées à des intervalles définis (p. ex. tous les mois) et entrées dans une base de données centralisée. Comme les données sont régulièrement collectées, les OC peuvent suivre les tendances et les variations au sein du système de santé au fil du temps. Cela permet aux militants de documenter la disponibilité, la continuité et la qualité de tous les aspects de la prestation de services liés au VIH/Tb/paludisme, d’alerter les systèmes d’approvisionnement lorsque les stocks de produits (p. ex. médicaments et tests) passent sous un seuil critique, et d’émettre des recommandations pour apporter des améliorations.

Une fois rassemblées et vérifiées, les données de tous les sites sont analysées et les résultats sont utilisés pour orienter des initiatives de plaidoyer ciblé.

La surveillance communautaire peut être coordonnée à tous les niveaux, avec des données et des preuves saisies au niveau communautaire et remontant vers le haut, pour renseigner le plaidoyer aux niveaux national et régional, selon les besoins—et inversement.

Même dans les contextes où les données communautaires sont correctement capturées par le biais des systèmes de suivi existants, tels que les registres nationaux, elles ne sont pas toujours disponibles pour les bénéficiaires de soins ou la société civile. Ainsi, les OC jouent un rôle précieux en permettant à la communauté de consulter les données sur les systèmes de santé, même si elles sont identiques à celles collectées via le système national d’information de gestion en santé (SIGS).

L’objet de cette consultance est le développement d’une plateforme citoyenne de partage d’informations sur les pratiques pharmaceutiques et d’un système d’alerte précoce sur des risques de rupture de stocks pour les associations à base communautaire impliquées dans le projet. Les consultants devront analyser ce qui a été mis en place dans le cadre des observatoires comme systèmes d’information et proposer des solutions pour les automatiser au regard des besoins des utilisateurs.

La logique d’intervention de ce projet de mise en place d’un observatoire communautaire des pratiques pharmaceutiques s’articule autour de deux objectifs spécifiques :

OS1 : Améliorer et renforcer la gestion communautaire des intrants et la dispensation des médicaments par la mise en place ou le renforcement d’un paquet minimum d’activités pharmaceutiques dans la lutte contre le paludisme, le VIH/SIDA et la tuberculose au sein de districts sentinelles de chaque pays ciblé par le projet OCoPP.

OS2 : Mettre en place un système de veille, d’alerte précoce et une plateforme citoyenne d’accès à l’information fiable sur les pratiques pharmaceutiques dans les districts pilotes de chaque pays ciblé par le projet OCoPP.

Le présent appel à candidatures a pour objet le recrutement – d’un-e consultant-e informatique national-e devant réaliser un diagnostic de la situation actuelle en termes d’outil d’alerte et de plateforme au Burkina Faso pour cibler le besoin et proposer une feuille de route et des recommandations pour le développement des nouveaux outils.

  1. Objectif

Cette phase de diagnostic est très importante car elle permettra d’avoir une vision globale de ce qui est utilisé au sein de chaque pays et permettra d’adapter et/ou de développer un outil complémentaire pour répondre au mieux aux besoins des associations à base communautaires et apporter une valeur ajoutée a ce qui existe actuellement. Elle doit permettre de comprendre les cadres législatifs et réglementaires ainsi que l’infrastructure technologique afin que la solution OCoPP puisse être reliée et/ou intégrée dans le système d’information de gestion de la sante (HMIS) du pays si besoin.

Cette activité se déroulera en deux parties, la première consiste en la réalisation d’une cartographie de l’existant pour répertorier tous les outils d’alerte, de gestion de stock au niveau national et communautaire ainsi que les plateformes disponibles et fonctionnelles pour la collecte de données de santé et de droit des patients. Les nouvelles technologies utilisées par l’ensemble des observatoires communautaires seront particulièrement répertoriées et analysées.

La seconde phase consiste à participer à un atelier de travail avec l’ensemble des parties prenantes au niveau national et communautaire pour cibler clairement le besoin et produire une feuille de route avec des recommandations.

  1. Résultats attendus

Une cartographie des outils d’alerte, outils de gestion de stock, plateforme communautaires, plateforme citoyenne, plateformes nationales, régionale au niveau santé communautaire est réalisée de manière la plus exhaustive possible. Cette cartographie permet d’identifier les manques et les besoins et potentiellement les liens possibles entre les différents outils. Cette cartographie prendra en compte les initiatives similaires mises en œuvre dans les autres observatoires communautaires.

Une feuille de route et des recommandations pour la mise en œuvre et la pérennité des outils d’alerte précoce et de la plateforme citoyenne prévue au projet OCoPP.

  1. Méthodologie

La méthodologie proposée pour réaliser la cartographie et la feuille de route repose sur une revue documentaire exhaustive, le développement d’une grille d’évaluation et la mise en place d’enquêtes et d’entretiens auprès des parties prenantes. Le/la consultant-e réalisera des entretiens avec les responsables des systèmes nationaux d’information sanitaires, les responsables de systèmes nationaux de gestion des stocks pour les trois pandémies et leurs utilisateurs, les responsables de projets de santé et de défense des droits des patients dans les pays et leurs utilisateurs, les observatoires communautaires de la région et leurs partenaires, les partenaires techniques et financiers impliqués dans le renforcement de la chaine du médicament comme le Fonds Mondial.

L’Organisation Mondiale de la Santé a publié ses recommandations sur l’utilisation des technologies numériques afin d’améliorer la santé des populations et de renforcer les systèmes de santé. Elle met à disposition un outil d’évaluation et de planification pour la Msante : la boîte à outils mHealth Assessment and Planning for Scale (MAPS)

Measure Evaluation met également à disposition une boîte à outils pour mesurer la maturité de l’interopérabilité des systèmes d’information sanitaire https://www.measureevaluation.org/resources/publications/tl-17-03a-fr/

La grille d’évaluation pour la cartographie comprendra notamment les éléments suivants :

  • Type d’outil (application mobile, tablette, site web, ligne verte…),
  • Fonctionnement (stockage, diffusion d’information, collecte…),
  • Objectif et thématique,
  • Utilisateurs (qui, combien ?),
  • Population ciblée,
  • Couverture nationale,
  • Date d’implémentation,
  • Statut d’implémentation (phase pilote, en phase d’intégration, intégré),
  • Niveau d’information (local/national),
  • Utilisation des SMS,
  • Captures de données sur les stocks,
  • Capacité à produire des statistiques et des rapports pour les utilisateurs,
  • Modules de formations\ vidéos,
  • Captures d’images,
  • Permet le feedback des utilisateurs,
  • Lien avec d’autres outils, interopérabilité avec le SNIS,
  • Capacité de pérennité,
  • Assurance qualité,
  • Sécurité des données et capacité de protection des données patients
  • Mode hors ligne en cas de mauvaise connexion,
  • Vérifier si les outils prennent en compte le genre.

La liste n’est pas exhaustive, tous les critères pertinents doivent être inclus.

Résultat : présenter la cartographie et les résultats de l’évaluation, ainsi qu’une « feuille de route » et des recommandations pour la mise en œuvre et la pérennité des outils OCoPP

Le/la consultant-e doit répondre aux exigences techniques qui suivent :

  • Expert-e technique informatique national,
  • Bonnes connaissances des langages de développement des sites web (Html, Java script, PHP…),
  • Expérience dans la conception de base de données,
  • Bonne connaissance du milieu de la santé communautaire et pharmaceutique d’un point de vue outils informatiques associés (ERP, base de données de gestion des stock…),
  • Avoir de bonnes capacités de synthèse et d’analyse.

La durée de la mission : 3 jours pour la cartographie et 2 jours de participation à un atelier avec les différentes parties prenantes pour produire la feuille de route et les recommandations.

Les candidatures féminines sont fortement encouragées.

  1. Livrables attendus

Cartographie, évaluation et feuille de route avec recommandations techniques pour une proposition d’outil et de plateforme à développer dans le cadre du projet OCoPP.

 Date limite de dépôt : lundi 07 juin 2021

Les dossiers de candidatures peuvent être envoyés par e-mail aux adresses secretariat@rame-int.org et crip@rame-int.org

Une sélection sera faite sur la base des dossiers de candidature complets déposés dans les délais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *