Domaines d’intervention

Vue sa mission principale qui est d’influencer les politiques en faveur de la santé pour tous, le RAME intervient dans la santé en général, plus spécifiquement dans les domaines sous mentionnés

l’accès financier aux soins de santé, surtout pour les groupes vulnérables

La contribution financière directe des populations aux soins de santé est une des causes principales de l’inaccessibilité aux soins. Les initiatives actuelles de subventions des coûts de santé ont montré leurs limites du fait qu’elles concernent généralement des paquets de services et des groupes cibles très réduits. Le gouvernement devrait, dans une vision de réduction de la morbidité et de la mortalité au sein de la population générale, prendre des mesures plus volontaristes à même de favoriser l’accès financier aux soins de santé pour l’ensemble de la population. Le RAME travaillera à contribuer à l’identification des mesures possibles, démontrer la faisabilité et l’impact possible de ces mesures, mener des activités de lobby et de pression pour d’adoption et la mise en œuvre de ces mesures. Il veillera à ce que ces mesures prennent toujours en compte les principes d’équité.

la réduction des distances à parcourir par les populations pour accéder aux soins (l’accès géographique)

Malgré la décentralisation très avancée des structures de santé, l’accès géographique aux soins demeure problématique. Le problème n’est plus réellement le nombre de structure de santé, mais surtout l’existence de paquets d’activités selon les besoins des populations. Le plaidoyer dans ce sens sera en faveur du renforcement des capacités en ressources humaines, logistiques et en intrants, afin de permettre à chaque niveau du système de santé de jouer son rôle. Le RAME s’investira à relever les insuffisances sur la disponibilité et la qualité des services, à participer à la mobilisation des ressources pour les combler et à interpeller le gouvernement sur son rôle régalien de protection de la santé des populations.

la définition et la mise en œuvre de politiques spécifiques aux MNT

Les maladies non transmissibles sont des maladies orphelines de notre système de santé. Pour permettre d’améliorer leur prise en charge, le RAME travaillera en étroite collaboration avec les associations de malades ou de soutien des malades touchés par ces pathologies, pour revendiquer la mise en place de programmes spécifiques de lutte. Dans ce sens, il contribuera à faire reconnaitre ces maladies comme priorités de santé publique, à l’élaboration de projets de programmes, à la mobilisation des ressources et veillera à leur adoption et mise en œuvre efficiente. L’approche privilégiera la collaboration ou l’appui à des associations intervenant spécifiquement sur ces pathologies.

la promotion des droits des usagers des services de santé

Le respect des droits des usagers des services de santé est déterminant pour une bonne fréquentation des formations sanitaires. Pour les dix prochaines années, le RAME travaillera à sensibiliser le personnel de santé et les populations sur le droit des usagers des services de santé, à dénoncer les cas de violation de ces droits et à appuyer les organisations de patients pour la revendication de leurs droits.

la prise en compte des évidences scientifiques dans la formulation des politiques de santé

L’inefficacité des politiques de santé s’explique en partie par l’insuffisance de la prise en compte de stratégies et de mesures éprouvées par la recherche. L’insuffisance de communication entre chercheurs et décideurs ne permet pas non plus à la recherche de se pencher sur des sujets d’intérêts pour les politiques nationales. Le RAME se positionnera en « courtier en connaissance » entre les deux acteurs. Ainsi, il recueillera les besoins des décideurs qui seront traduits par les chercheurs en sujets de recherche, et dans l’autre sens recensera les évidences produites par les recherches qui seront traduites dans les politiques. Ce travail se fera à travers des cadres de rencontre avec les acteurs concernés, des publications exploitant les résultats de recherche et la promotion du concept de « politiques basées sur les évidences scientifiques(PBES).»

la promotion de la bonne gouvernance dans la gestion des ressources affectées à la santé

Dans un contexte de ressources limitées, la bonne gestion devient un élément fondamental pour réaliser le maximum de résultats avec le peu de ressources disponibles. Face également aux urgences sanitaires, la bonne gouvernance devrait permettre une bonne organisation du système de santé pour faciliter les prises de décisions et leur mise en œuvre dans les délais prescrits. Le RAME se fait le devoir de dénoncer les mauvaises pratiques de gestion et d’organisation, de proposer des mesures de renforcement des insuffisances constatées et de promouvoir les bonnes pratiques.

l’augmentation des ressources en faveur de la santé

Conscient de l’écart actuel entre les besoins de santé et les ressources disponibles, le RAME travaille à interpeller le gouvernement et les bailleurs de fonds sur l’affectation de ressources conséquentes à la santé, à participer à développer des initiatives de mobilisation de ressources. Le RAME maintien par conséquent un baromètre sur le niveau d’atteinte des ressources mobilisées par rapport aux besoins et dénonce toute approche qui ne considère pas la santé comme un domaine prioritaire

Print Friendly