Domaines d’intervention – RAME-Burkina
23 janvier 2017

Domaines d’intervention

 

1. la promotion des droits des usagers des services de santé

La prise de conscience des usagers des services de santé de leurs droits et devoirs est déterminant pour leur participation à la veille citoyenne sur les dysfonctionnements et ameliore la fréquentation des services de santé.

Le RAME travaille à sensibiliser le personnel de santé et les populations sur les droits et devoirs des usagers des services de santé, à dénoncer les cas de violation de ces droits et à appuyer les organisations de patients pour la revendication de leurs droits.

2. La veille communautaire

Les systmes de santé en Afrique de l’Ouest et du Centre sont minés par de nombreux dysfonctionnements qui ont pour conséquence le faible accès des populations à des soins de santé de qualité.
Ces dysfonctionnements ont plusieurs origines dont notamment: la faible affectation des ressources, les mauvaises pratiques de gestion et de prestation de services.

Le RAME s’engage auprès des communautés pour renforcer leurs capacités de veille citoyenne pour suivre l’affectation et l’utilisation des ressources affectées à la santé, ainsi que la dénonciation des mauvaises pratiques de gestion et de prestation de service.

Il est le promoteur de l’Observatoire Communautaire sur l’Accès aux Services de Santé (OCASS) actuellement présent au Burkina Faso, en Guinée et au Niger.
L’OCASS est non seulement un cadre d’expression des communautés sur l’accès aux services de santé, mais également un outil d’aide à la prise de décision des décideurs.

3. La mobilisation des ressources et la promotion de la bonne gouvernance dans le domaine de la santé

Conscient de l’écart actuel entre les besoins de santé et les ressources disponibles, le RAME travaille à interpeller le gouvernement et les bailleurs de fonds sur l’affectation de ressources conséquentes à la santé, à participer à développer des initiatives de mobilisation de ressources.

Le RAME maintien par conséquent un baromètre sur le niveau d’atteinte des ressources mobilisées par rapport aux besoins et dénonce toute approche qui ne considère pas la santé comme un domaine prioritaire.

Dans un contexte de ressources limitées, la bonne gestion devient un élément fondamental pour réaliser le maximum de résultats avec le peu de ressources disponibles. Face également aux urgences sanitaires, la bonne gouvernance devrait permettre une bonne organisation du système de santé pour faciliter les prises de décisions et leur mise en œuvre dans les délais prescrits.

Le RAME se fait le devoir de dénoncer les mauvaises pratiques de gestion et d’organisation, de proposer des mesures de renforcement des insuffisances constatées et de promouvoir les bonnes pratiques.

4. La prise en compte des évidences scientifiques dans la formulation des politiques de santé

L’inefficacité des politiques de santé s’explique en partie par l’insuffisance de la prise en compte de stratégies et de mesures éprouvées par la recherche. L’insuffisance de communication entre chercheurs et décideurs ne permet pas non plus à la recherche de se pencher sur des sujets d’intérêts pour les politiques nationales.

Le RAME se positionne en « courtier en connaissance » entre les deux acteurs. Ainsi, il recueille les besoins des décideurs qui sont traduits par les chercheurs en sujets de recherche, et dans l’autre sens recense les évidences produites par les recherches qui sont traduites dans les politiques.

5. Le renfoncement des systemes communautaires

Depuis la déclaration d’Alma Ata en 1979, l’importance de la participation communautaire dans la gestion des problmes de santé a été reconnue.
Cependant, si la contribution financière directe au point d’accès aux services de santé est effectivement dans tous les pays appliquant l’initiative de Bamako,
il existe très peu de pays qui ont permis un developpement structurel de systme communautaire permettant aux communautés de prendre en charge elles-mmes leurs problèmes de santé.
Sur la base des orientations du Fonds mondial de lutte contre le VIH/Sida, le paludisme et la tuberculose, sur le renforcement des systmes communautaires,

le RAME appuie les organisations communautaires et de la société civile d’Afrique de l’Ouest et du Centre, et mène le plaidoyer auprès des décideurs et partenaires, pour le developpement de systèmes communautaires structurés depuis le niveau terrain jusqu’au niveau national,
intégrant tous les axes de renforcement essentiels: suivi communautaire, plaidoyer pour la responsabilité sociale, la mobilisation sociale pour la prestation de service et l’appui institutionnel.