Appel à soumission d’expérience(s) en matière d’assistance technique à la société civile

Cher(e)s partenaires,

Dans le cadre des activités de la Plateforme Régionale Afrique Francophone du Fonds mondial (PRF), le Réseau Accès aux Médicaments Essentiels (RAME) prévoit organiser, du 27 au 29 novembre 2019, un forum pour repenser l’assistance technique fourni à la société civile afin de lui permettre de contribuer efficacement au prochain cycle de financement du fonds mondial et à l’atteinte des ODD, notamment l’objectif 3.

Il s’agira d’une opportunité pour la société civile d’exprimer aux principaux finansseurs et fournisseurs d’assistance technique les innovations nécessaires pour leur croissance structurelle.

Nous avons par conséquent besoin d’inviter à cette rencontre, des acteurs de la société civile ayant des expériences (bonnes ou mauvaises) en matière d’assistance technique et capable de participer activement aux points de réflexions qui seront soumis aux débats.

C’est dans cet objectif que le RAME lance un appel à soumission d’expériences (bonnes ou mauvaises), pouvant alimenter le débat autour des catégories de questions suivantes :

Durée de l’assistance technique :
L’option généralement observée d’assistance de courte durée ou moyenne durée est-elle la plus efficace ou faut-il imaginée qu’une assistance technique à la société civile soit le plus souvent également de longue durée.
En plus de la notion de « mission d’assistance technique », ne doit-on pas développer également la notion de « projet d’assistance technique » ?

Acteurs de l’assistance technique :
La Plateforme a identifié 03 catégories d’acteurs dans les processus d’assistance technique : les bailleurs de fonds ou donneurs d’ordre, les fournisseurs d’assistances techniques ou prestataires et le bénéficiaire. La mise en place des Plateformes régionales du Fonds mondial pour faciliter l’accès de la société civile à l’assistance technique s’étant montrée pertinente, n’est-il pas nécessaire de reconnaître un quatrième acteur : le courtier en assistance technique ou le facilitateur de l’assistance technique?
Quels doivent être les rôles et les fonctions de chacune de ces catégories d’acteurs ? Dans une dynamique de changement de paradigme, le bénéficiaire peut-il devenir prestataire et le prestataire bailleurs de fonds (dans la logique de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE)) ?

Le bénéficiaire étant généralement des organisations individuelles, l’assistance technique ne devrait-elle pas cibler de plus en plus des dynamiques et des processus collectifs à renforcer ? Les rôles dévolus à la société civile dans un pays ou une sous-région ne doivent-elles pas bénéficier de plus de considération des donneurs d’ordre d’assistance technique ?

Accessibilité à l’assistance technique :
La PRF a fait le constat que plusieurs OSC ont besoin d’assistance technique pour accéder à l’assistance technique.
Quels mécanismes doit-on mettre en place pour aider ces organisations à accéder à l’assistance technique ?
A cause de la faible capacité des bénéficiaires à élaborer des demandes pertinentes, les bénéficiaires sont suppléés par un partenaire pour élaborer littéralement les termes de référence.
N’y a-t-il pas des risques que le partenaire impose ses priorités qui ne seront pas celles du bénéficiaire ? Le bénéficiaire va-t-il s’approprier du processus et capitaliser les résultats ? Comment faire autrement ?

Adaptation de l’offre aux attentes :
Lors du précédent forum, la PRF a fait le constat que certaines attentes des organisations de la société civile ne peuvent être satisfaites à cause des restrictions des donneurs d’ordre. Leur plaidoyer se bute à l’impossibilité des agents du donneur d’ordre de reformer les orientations politiques fixées.
Quels sont souvent les attentes non prises en compte ? Comment les décideurs politiques donneurs d’ordre peuvent-ils être sensibilisés sur la nécessité de prendre en compte ces attentes ?

Environnement favorable :
Les nouvelles capacités acquises par les organisations ne sont souvent pas applicables dans leurs environnements très souvent défavorables, ou ne remplissent pas les conditions nécessaires.
Tout comme en matière de prévention, la Communication pour le Changement de Comportement (CCC) a évolué en Communication pour le Changement Social et de Comportement (CCSC) pour permettre de créer des environnements sociaux favorables à l’application de nouvelles attitudes acquises au niveau individuel, l’assistance technique ne devrait-elle pas évoluer en Renforcement des Organisations et de leur Environnement (ROE) ?

Compétences des consultants :
Les organisations de la société civile ont confié à la PRF que les experts qui les accompagnent disposent généralement des compétences techniques sur leur thématique, mais n’en disposent pas en matière de transfert de compétence. Les financeurs d’assistance technique ne sont pas prêts à renforcer les capacités de transfert de compétences des experts.
Vu l’intérêt public des produits et services délivrés par ses experts, n’est-il pas nécessaire de surpasser l’aspect « mercantile » de leur service et assumer le renforcement de leurs capacités de transfert de compétence pour des résultats efficients et durables de l’assistance technique ?

Toute personne/organisation considérant avoir une (des) expérience (s) avec l’assistance technique qui peut alimenter ces problématiques peut nous la (les) soumettre à travers le lien suivant au plus tard le 06 novembre 2019:

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScZuGfzNZpZ_y5WtiqzlDAqmJIUq1ixRl_0fp1dw1ke_urJZw/viewform?usp=sf_link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *